Pirate Bullets

Les pirates sont là… pour le trésor! Ils servent de balles dans votre canon! L’objectif pour les meilleurs clichés de cette belle et polie physique bloc, jeu de tir. Vous pouvez obtenir la plupart de la treasure box?

Les Cocottes, prostituées du Second Empire

Les Cocottes, prostituées du Second Empire

 

C’est dans le faste et la démesure que le Second Empire, période marquée par un développement économique, industriel et financier sans précédent, a vu la haute-bourgeoisie fortunée et les élites émerger. Parmi les figures de cette époque qualifiée d’immense « fête impériale », on peut découvrir les Cocottes. Ces intrépides jeunes femmes, dont la beauté a fait tourner les têtes et vidé les porte-monnaies, sont un exemple éloquent de l’extravagance dont s’emparent les esprits de l’époque. 
À la fois prostituées de luxe et courtisanes, les Cocottes ont émergé durant les deux décennies du Second Empire et accru leur rayonnement jusqu’au tournant du XXe siècle. Ces aventurières de la séduction, entretenues par de riches et influents Parisiens, représentent le haut du panier de la prostitution, à une époque où le plus vieux métier du monde vit son âge d’or. Par leurs charmes, elles ont séduit les grandes têtes couronnées, les hommes politiques ou d’affaires, mais aussi les grands artistes de leur temps, comme Alexandre Dumas fils ou Édouard Manet.

Nana (1877), huile sur toile d’Édouard Manet représentant une cocotte parisienne. Cette oeuvre aurait été intitulée « Nana » a posteriori, suite à la parution du roman éponyme d’Émile Zola en 1880, qui raconte le parcours d’une cocotte sous le Second Empire.

Des femmes libres qui ne cachent pas leur attrait pour l’argent
Dès le milieu du XIXe siècle, les Cocottes, muses d’un nouveau genre et d’un nouveau temps, se placent comme des figures incontournables de la haute-société. Entretenir une demi-mondaine devient un signe extérieur de richesse aussi important que posséder un hôtel particulier ou une voiture à quatre chevaux. Alors, pour satisfaire ces femmes exigeantes, les hommes ne reculent devant rien. Les Cocottes séjournent tous frais payés dans de grands appartements ou des hôtels particuliers, possèdent des domestiques, sont couvertes de cadeaux et de bijoux. Grâce aux « dons » de leurs protecteurs masculins, elles vivent dans le faste et l’oisiveté.
Mais si les Cocottes mènent grand train, elle mènent également le jeu. Car oui, les Cocottes sont des femmes libres. Des femmes souvent issues de bonnes familles et qui ont fait le choix de vivre de leurs charmes, de se séparer de leur « respectabilité » pour satisfaire leur quête de liberté. Émancipées de la tutelle d’un père ou d’un mari, elles sélectionnent elles-mêmes leurs amants, fixent leurs tarifs et choisissent leur entourage.

Rolla, oeuvre de Henri Gervex, 1878. Huile sur toile représentant une prostituée, inspirée d’un poème d’Afred de Musset paru en 1833

Pour parvenir à se faire un nom et attirer tous les regard, ces femmes de bonne compagnie ne renoncent pourtant à aucun excès : aussi élégantes qu’extravagantes, elles se parent des plus beaux bijoux et des plus délicates tenues, s’entourent des personnalités du haut-monde et se présentent dans les lieux les plus prisés de Paris, devenue capitale de tous les plaisirs. Les champs de course, les théâtres et les prestigieux restaurants sont leurs terrains de chasse favoris. La séduction tarifée et le luxe ostentatoire deviennent un art de vivre qui rapporte argent et succès.
Les premières idoles de l’époque moderne
Cocottes, Demi-mondaines, Grandes Horizontales, Lionnes, Biches… Les courtisanes de la seconde moitié du XIXe siècle ont connu bien des noms, mais une chose est sûre : leur influence sur la société française a été telle que certaines de ces femmes suscitent encore aujourd’hui fascination et respect. C’est le cas de la belle Otero, cette jeune danseuse espagnole qui a séduit une multitude de rois, princes et héritiers européens après avoir commencé sa carrière dans les music-halls parisiens. C’est également le cas d’Émilienne d’Alençon qui, après avoir été élevée au couvent, a quitté son mari pour s’adonner aux plaisirs charnels aux côtés d’hommes riches et célèbres, parmi lesquels figurent le roi Léopold II de Belgique.

Photographie peinte de Virginia de Castiglione, réalisée par son acolyte de toujours, le photographe Pierre-Louis Pierso, vers 1860.

Nombreuses sont celles qui sont parvenues à se faire un nom en dehors de cette simple qualification de « courtisanes » : Viriginia de Castiglione a marqué l’histoire de la photographie en engageant une démarche artistique nouvelle dans la manière de faire des portraits, Valtesse de la Bigne était reconnue comme une grande collectionneuse d’art. Mais la plus connue restera sans doute Sarah Bernhardt dont les talents de tragédienne ont occulté ses débuts en tant que femme du demi-monde.
Bon à savoir : oui, l’expression « cocotter » ou « sentir la cocotte » est bien une allusion aux parfums portés par ces demi-mondaines !

Cora Pearl, l’une des demi-mondaines les plus réputées. Portrait d’André Adolphe Eugène Disdéri, 1860

Pour mieux connaitre ses personnalités hautes en couleur, participez à notre visite guidée sur le Paris Coquin !

TRUMP REPART EN CAMPAGNE, À L’ASSAUT DE LA FLORIDE –

Publié le 31 octobre 2018
Trump Repart En Campagne, À L’assaut De La Floride

Donald Trump est monté en première ligne pour les élections législatives du 6 novembre qui sont aussi, selon ses termes, un « référendum » sur sa personne…
Photo Eric Gay, Associated Press

Jérôme CartillierAgence France-PresseWashington
Le président américain Donald Trump repart mercredi en campagne dans l’État âprement disputé de Floride, après avoir suscité de vives critiques…
Pour son incapacité à trouver un ton rassembleur dans un pays en quête d’unité après la tuerie antisémite de Pittbsurgh.

S’il a brièvement adopté une posture présidentielle mardi lors de sa visite de la synagogue meurtrie avec la première dame Melania, il a une nouvelle fois basculé mercredi…
Dans une rhétorique agressive, déplorant, dans un tweet où il n’évoque à aucun moment les victimes, la couverture médiatique dont il a fait l’objet.
La soirée de mardi à Estero, sur la côte ouest de la Floride, devrait lui offrir un cadre dans lequel il est beaucoup plus à l’aise…
Une estrade de campagne pour un rassemblement « Make America Great Again » (« Rendre à l’Amérique sa grandeur »).
Le magnat de l’immobilier est monté en première ligne pour les élections législatives du 6 novembre qui sont aussi, selon ses termes, un « référendum » sur sa personne.
Il a jusqu’ici, et plus que jamais, joué sur la peur. Brandissant le spectre d’une « invasion » de migrants, il a affirmé…
Sans le moindre élément de preuve à l’appui, que « des personnes du Moyen Orient » s’étaient glissées dans la « caravane » partie du Honduras et qui remonte vers le nord…
« Nous ne laisserons PAS entrer ces caravanes, qui sont aussi composées de véritables brutes et de membres de gang », a-t-il tweeté mardi matin…
Poursuivant la surenchère sur ce thème après avoir ordonné l’envoi de plus de 5000 soldats à la frontière avec le Mexique. « FAITES DEMI-TOUR ! », a-t-il ajouté, majuscules à l’appui.
Le rythme, dans la dernière ligne droite, sera effréné : le locataire de la Maison-Blanche a prévu de se rendra dans huit États en moins d’une semaine…
Floride, Ohio, Géorgie, Indiana, Missouri, Montana, Tennessee, Virginie occidentale.
Trump & Obama Sur Le Terrain
À chacun de ses arrêts, les salles sont combles, la foule enthousiaste. Mais l’impact sur les urnes de cette intense implication présidentielle reste difficile à prévoir.
« Trump aide à galvaniser la base républicaine et le nerf de la guerre dans les élections de mi-mandat, c’est la participation », explique à l’AFP Larry Sabato…
De l’université de Virginie. « Mais il pousse aussi les démocrates à se mobiliser, ce qui devrait pénaliser les candidats républicains », ajoute-t-il, soulignant qu’il faudra attendre le 6 novembre pour voir lequel de ces deux effets aura été le plus fort.
La Floride, qu’il a remportée de justesse lors de la présidentielle de 2016 (49 % des voix contre 47,8 % pour Hillary Clinton) est un test crucial pour Donald Trump, deux ans après son élection.  
Ils se rendra à deux reprises-mercredi et samedi-dans ce grand État du sud-est, qui est celui où il passe le plus du temps (dans sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago) lorsqu’il n’est pas à Washington.  
Une élection en particulier sera scrutée à la loupe : celle pour le poste de gouverneur qui oppose Ron DeSantis, qui a fait campagne sur un message résolument pro-Trump…
  À Andrew Gillum, maire de Tallahassee, star montante dans le camp démocrate qui deviendrait s’il est élu le premier gouverneur noir de Floride.  
L’ancien président Barack Obama se rendra à Miami vendredi pour soutenir M. Gillum dans la dernière ligne droite.
S’ils ont des espoirs limités sur le Sénat, les démocrates affichent l’ambition de reprendre le contrôle de la Chambre des représentants.
« Les démocrates sont les favoris pour emporter la Chambre », juge Larry Sabato, qui estime cependant qu’une « vague bleue » sur l’ensemble des scrutins est improbable.
« Les électeurs républicains, qui sont plus âgés et se mobilisent traditionnellement plus…
Lors de ce genre de scrutins, feront en sorte que l’on reste très loin d’un tsunami ».
Amicalement De Louise

Retro Motorbike

Rétro Moto est un jeu de jeu de puzzle flash. Il y a deux modes de jeu à jouer; fois mode et le mode libre. Affichage de l’heure, ainsi que le mode libre, a trois difficultés: facile, moyen et dur. En mode heure, plus vite vous terminez le puzzle, le meilleur moment que vous obtiendrez. En mode libre, pas de temps, pas de précipitation. Détendez-vous et essayez de résoudre le puzzle. Amusez-vous maintenant!

De nouvelles parodies de photos de stars par Celeste Barber -5

De nouvelles parodies de photos de stars par Celeste Barber -5
 
Voici une nouvelle série de parodies de photos de stars par Celeste Barber par la truculente comédienne australienne Celeste Barber.
L’actrice imitatrice continue de pasticher les starlettes sur instagram où elle connait un franc succès avec ses mises en scène désopilantes aux moyens du bord où elle a déjà quelques 4.7 millions d’abonnés.
Ils faut dire que le glamour et le sexy en prennent un peu pour leur grade quand elle les applique à la réalité…
Après cette première série, cette seconde, cette troisième, cette quatrième, voici donc de nouvelles parodies de photos de stars par Celeste Barber volume 5, en humour et en images: (plus de ses parodies géniales sur son compte instagram ici)

Vive les saints

Billet d’humeur oct 2018
Vive les saints

 Comme chaque année, fleurissent , dans tous les médias, des propos de personnes qui se plaignent des appellations des fêtes, manifestations,  ( Noël, st-Nicolas,  Toussaint, pâques, etc….) qui doivent  êtres changées par des termes ne choquant pas les confessions religieuses autres que le christianisme, soi-disant au concept de la tolérance. Fini donc le marché de Noël , bonjour le marché d’hiver, fini donc Pâques, bonjour la fête du printemps, j’en passe et des meilleurs. j’en déduits que les influences religieuses ont beaucoup d’importance dans notre société actuelle. Faire disparaître les traditions les plus anciennes ancrées dans nos contrées , d’obédience chrétienne ,  au nom  de peuples immigrés, qui veulent implanter leurs us et coutumes ,  que certaines autorités incitent la tolérance et le changement de dénomination de nos propres fêtes pour ne pas froisser leur susceptibilité.  Il est un fait, bien sur, que tout un chacun ait  le droit d’avoir ses propres lieux de culte, d’avoir l’occasion de célébrer ses propres fêtes , de s’intégrer dans notre société, pour la faire prospérer, le multi-culturalisme est nécessaire et à  encourager, mais de là , à empêcher les autochtones de supprimer leurs termes traditionnels et de les changer à la convenance d’une minorité, je dois avouer que parfois, cela me fait bondir, ce billet d’humeur en est la preuve. Alors, à ma connaissance, pour l’instant, aucunes lois votées nous obligent à changer le nom de nos fêtes, de quelques natures que ce soient, si c’est le cas, merci de m’en prévenir. En attendant, vive les marchés de Noël et toutes nos fêtes à dénomination et consonance chrétienne. 
Jeff de Bruxelles

MERCREDI JE VIS – JE SUIS – JE RÉFLÉCHIS – DANS MA PLANÈTE – LE PAPIER MÂCHÉ S’OFFRE UN TOUR DE PISTE – PAR MONSIEUR BENOIT DE MAISON CRÉATIVE –

Mercredi…Je Vis…Je Suis…Je Réfléchis…

Le Papier Mâché S’offre Un Tour De Piste…

Par Monsieur Benoit

Du Magazine Maison Créative

Loin d’être réservé aux ateliers d’enfants, le papier mâché se façonne à moindre coût.
Épousant des formes inattendues, le voici sous les feux de la rampe…
Place Au Spectacle !

Sur La Route Du Papier Mâché

Papier Mâché, Mode D’emploi
Déchirez des bandes de papier journal, voire les pages d’un vieux bottin. Dans une bassine, préparez de la colle à papier peint.
Encollez l’objet que vous souhaitez recouvrir, imbibez vos morceaux de papier et posez-les dessus. À l’aide d’un pinceau, lissez vos bandes. Posez ainsi 5 à 6 couches de papier encollé, avant de peindre.

 Anciens décors de théâtre visibles au musée des Arts forains…
Découverte vers la fin du XVIIIème siècle, la technique du papier mâché était utilisée pour la création de jouets et dans l’univers du spectacle.
  Le Violoncelle
Derrière le violoncelle, orgue Hooghuys
Fournitures
Carton, papier journal.  Vernis colle, ficelle, cutter, crayon. Bâton de sucette en bois.
Peinture mate acrylique noire, The Little Greene.
Réalisation…3 Heures
L’instrument se compose de 3 parties : le coffre, le manche et l’archet. Découpez leurs formes dans un carton.
Pour le coffre, découpez deux fois le gabarit et formez une boîte avec des renforts de 17 cm.
Pour le manche, utilisez 3 formes et collez-les les unes sur les autres.
Même chose pour l’archet en 2 épaisseurs. Recouvrez tout de papier mâché, et peignez. In fine, tendez la ficelle en guise de cordes.

 Boîte « Tambour »
Fournitures 
Boîte à chapeau en carton brut, Décopatch.  Colle forte Cléotoo, Cléopâtre.  Peinture acrylique mate « Linet », The Little Greene.  Frange quilles collection Marly, Houlès.  Corde à puits collection Les Marquises, Houlès.  Baguettes en bois, La baguetterie.
Réalisation – 45 Minutes 
Passez 3 fines couches de peinture sur la boîte en carton.  Quand elle est sèche, collez la corde à puits en haut et en bas du couvercle, et en bas de la boîte.  Refermez et tracez au crayon sur la boîte le tour du couvercle. À ce niveau, collez le galon à quilles pour donner l’effet tambour.  Pour parfaire l’effet, disposez une paire de baguette en bois.
L’Homme Le Plus Fort Du Monde
Un personnage culte des cirques du début des années du début du XXème siècle.
Fournitures 
Papier journal, papier alu, fil de fer. peinture acrylique…
Marabu
Feutre noir. Chutes de tissus pour les habits. Vernis colle, Décopatch. Ficelle de cuisine. 2 bâtons de bois.
Réalisation – 90 Minutes 
Commencez par former les parties du corps de façon indépendante à l’aide de papier alu.
Pour lier les membres, créez des anneaux aux articulations avec du fil de fer.
Une fois la marionnette en métal prête, recouvrez-la de papier mâché. Attendez qu’elle sèche et peignez-la.
Attachez une longueur de ficelle de cuisine à chaque extrémité des membres et reliez-les aux deux bâtons de bois, montés en croix.
Votre marionnette de « l’homme le plus fort du monde » est prête ! Habillez-la avec les chutes de tissus que vous possédez.
C’est vous qui tirez les ficelles !

Les Chaussons Rouges
Pour être à la pointe de la technique du papier mâché, testez votre savoir-faire en réalisant…
Ces adorables petits chaussons de danse. Les chaussons sont accrochés sur un fond de photographe forain.
Fournitures 
Papier journal, papier alu, scotch de déménagement. Vernis colle, Décopatch. Peinture acrylique 50 ml, Marabu. Ruban gros grain rouge, 2,5 cm de large, Mokuba. Résine glass crystal en guise de vernis, Cléopâtre. Colle blanche Vinyl’école, Cléopâtre.
Réalisation – 75 Minutes
 Avec du papier alu, formez deux pieds en pointe de façon assez grossière, un peu comme une aubergine.
Enroulez-les de Scotch de déménagement pour faciliter le démoulage.
Autour de ces formes de pied, façonnez les chaussons par bandelettes de papier encollé et laissez sécher.
Démoulez avant de peindre puis vernir les chaussons. Collez les rubans… Attention travail de pointe !

 La Voyante
Très discrète, la voyante prête sa tête pour se transformer en porte-chapeau, lunettes, ou perruque…
À vous de voir de quoi l’avenir sera fait !
Fournitures Papier journal. Vernis colle, Décopatch. Colle forte Cléotoo, Cléopâtre. Mousse expansive en bombe. Peinture acrylique, Marabu. Papier d’ornement pour le col. Une tête en plastique.
Réalisation – 150 Minutes
Enduisez la tête d’huile avant de commencer le papier mâché. Moulez séparément les 4 parties du visage : face avant, arrière, oreilles et cou.
Une fois les 4 morceaux secs, démoulez-les et rassemblez-les avec de l’adhésif, puis cachez les jonctions en papier mâché.
Remplissez la tête à moitié de mousse.
Avant de la peindre, donnez-lui les expressions désirées par ajout de papier.
Le Caniche
Dressez votre propre animal de cirque, à partir de grillage et de papier. Avec de la patience, ce caniche saura montrer patte blanche chez vous ! 
Fournitures 
Grillage à poule, fil de fer, papier de soie blanc. Pinceau, vernis colle, pince coupante. 
Réalisation – 2 Heures
La structure du caniche est faite en grillage à poule.
Commencez par former le corps du chien avec le grillage. Les membres sont façonnés séparément.
Pour les assembler, utilisez du fil de fer.
Une fois la structure terminée, recouvrez de bandelettes de papier de soie enduites de colle et superposez les couches.
Laissez sécher. Plus les couches sont nombreuses, plus le chien sera solide et opaque.

Photos réalisées aux Pavillons de Bercy.
Pavillons de Bercy – Musée/Monument/Site –
Voir la fiche
Amicalement De Louise
Bon Mercredi !

Le sublime et confidentiel musée Jacquemart-André

Le sublime et confidentiel musée Jacquemart-André

 

Si on vous dit « plus beau musée de Paris », à quelle institution pensez-vous ? Le Musée d’Orsay ? Celui du Louvre ? L’Orangerie ? Eh bien, nous, on pense à une tout autre institution : le Musée Jacquemart-André ! On le découvre.
Une demeure particulière devenue musée
Ce musée dédié aux beaux-arts et aux arts décoratifs n’est vraiment pas le plus connu de la capitale, mais il vaut, plus qu’aucun autre, le détour. Et pour cause, c’est un joyau architectural tout simplement sublime !

Comme de nombreux petits musées parisiens, cette institution du 8e arrondissement était, dans ses premières années, l’hôtel particulier d’un grand bourgeois : Édouard André, héritier de l’une des plus grandes fortunes du Second Empire et grand amateur d’art, et de son épouse Nélie Jacquemart. Sorti de terre en 1868, ce vaste édifice nous plonge donc dans l’atmosphère si particulière des grandes demeures du XIXe siècle.
Ainsi, on y découvre à la fois le mode de vie d’un riche bourgeois du Second Empire et des oeuvres sublimes, issues de la collection personnelle du couple Jacquemart-André : peintures de maîtres français du XVIIIe siècle pour les salles des Peintures et de Musique, collections italiennes dans les salles Vénitienne et Florentine, mobilier de style Louis XIV dans la bibliothèque… La moindre salle est décorée avec soin et nous fait découvrir l’art tel qu’il était présent dans les grandes demeures d’antan !

Pour les plus affamés, sachez que le musée offre également un très beau salon de thé, situé dans l’ancienne salle à manger du couple André. Dans un cadre dès plus majestueux (grands tableaux, dorures, moulures, et une terrasse assez grande pour profiter de la vue du magnifique jardin !), on craque pour leurs petites douceurs réalisées par les meilleurs pâtissiers de Paris ou pour les quelques plats conçus spécialement pour coller au thème des expositions !

Seul regret, la fréquentation trop élevée à certaines heures qui gâche un peu la visite et nous impose de jouer des coudes pour profiter des oeuvres. Si possible, on ira donc y faire un tour en semaine et le matin, quand les touristes et les Parisiens n’ont pas encore envahi cet espace qui n’a pas son pareil dans la capitale !

Musée Jacquemart-André – 158 boulevard Haussmann, 75008 Métro : Saint-Philippe du Roule (ligne 9), Miromesnil (lignes 9 et 13) Tous les jours de 10h à 18h, nocturne le lundi jusqu’à 20h30

Le danger le plus important pour les enfants durant la nuit Halloween et autres articles.

Le danger le plus important pour les enfants durant la nuit Halloween
Des médecins ont expliqué pourquoi la fête la plus mystique et populaire dans les pays occidentaux, Halloween, menaçait véritablement la vie des enfants.
Solidement ancrée dans les traditions de la population nord-américaine et d’autres pays occidentaux, la fête d’Halloween est l’une des plus dangereuses pour la vie des enfants, estiment des chercheurs-médecins de l’Université de Colombie-Britannique, au Canada.
Selon un article publié dans la revue JAMA PEDIATRICS, les enfants sont très souvent renversés par des voitures durant la nuit Halloween.
Cela s’explique par le fait que les adultes et les adolescents fêtent Halloween tout comme les enfants, d’après les auteurs de cette étude. La célébration est souvent associée à la consommation de boissons alcoolisées, ce qui, à son tour, entraîne une hausse du nombre d’accident de la route. Comme les rues des villes nord-américaines sont remplies d’enfants, ce sont en premier lieu eux qui sont victimes des accidents survenus par la faute de conducteurs en état d’ébriété.
D’après les statistiques, au cours de la période comprise entre 1975 et 2016, le nombre de victimes d’accidents de la route augmentait de 43 % dans la nuit de 31 au 1er novembre. Les enfants se faisaient écraser de 5 à 10 fois plus souvent que les autres jours de l’année.
____________________________________________________

C’est sorcier! Un réseau de neurones crée des masques terrifiants pour Halloween
Un réseau de neurones visant à concevoir des masques pour Halloween a été assemblé par un designer américain. Les masques se sont avérés être si impressionnants qu’ils ont même donné des frissons dans le dos à leur auteur…
Matt Reed, designer américain, a créé un réseau de neurones qui dessine des masques pour la fête d’Halloween, a rapporté New Scientist.
​En septembre dernier, il a téléchargé dans le réseau des milliers d’images et de masques représentant cette fête aussi drôle que «terrifiante». Ensuite, il a pris comme objectif de créer ces mêmes accessoires de manière autonome.
​Cependant le résultat obtenu lui a donné froid dans le dos.
​« Les masques sont flous et terrifiants. Votre imagination finit elle-même ces images », a-t-il affirmé.
Selon lui, certains réseaux de neurones ont toutefois leurs prototypes. Comme, par exemple, des masques qui représentent Donald Trump ou bien encore un chien qui fume.
____________________________________________________

Que faut-il éviter pour Halloween, la fête de tous les dangers ?
Il faut bien l’avouer : en France, Halloween n’est ni plus ni moins qu’une fête ultra commerciale. Les rayons remplis de déguisements, de masques et de maquillage spécial Halloween ont déjà envahi tous les supermarchés. Bien entendu, nos enfants raffolent de cette fête : c’est l’occasion pour eux de s’amuser en se déguisant et en se faisant un peu peur. Cependant, quelques précautions s’imposent.
À Halloween, que vaut-il mieux éviter ?
Pour profiter Halloween sereinement et de manière responsable, mieux vaut éviter certaines choses comme par exemple le maquillage de mauvaise qualité ou encore les bonbons qui contiennent trop d’additifs…
Le maquillage qui contient des perturbateurs endocriniens
Du maquillage pour enfants, nocif pour leur santé © Fotos593
Les perturbateurs endocriniens sont partout, même dans le maquillage destiné à nos enfants. En effet, l‘association 60 millions de consommateurs avait déjà donné l’alerte en 2016 en dénonçant la nocivité de ces produits.
Entre autres, les experts de l’association avaient notamment détecté du propylparabène, un perturbateur endocrinien potentiel mais aussi de l’hydroxyanisole butylé, un antioxydant classé cancérigène possible ou encore du méthylisothiazolinone, un composé très allergisant. Le maquillage pour enfants contient aussi bien souvent du phénoxyethanol, substance dont la toxicité a pourtant déjà été largement démontrée.
Pour éviter ces substances, privilégiez les palettes aux sticks et aux crayons car ils contiennent moins de substances controversées et tournez-vous vers les produit bio. Ouvrez l’oeil et lisez toujours attentivement les étiquettes.
Le bisphénol A dans les masques
L’utilisation des masques pour enfants doit, elle aussi, être limitée car l’association 60 millions de consommateurs avait également mis en évidence il y a quelque temps, la présence de bisphénol A et de DEHP, un phtalate préoccupant dans certains produits, même si les teneurs retrouvées restaient en dessous des seuils règlementaires.
Évitez donc autant que possible l’utilisation de ce type de masque ou réduisez leur temps d’utilisation. Vous pouvez aussi très bien vous en passer en fabriquant tout simplement vous même vos propres masques avec vos enfants.
Les déguisements de mauvais goût, en matières synthétiques
Les déguisements pour Halloween ne sont pas toujours vraiment une réussite. En effet, la plupart d’entre eux sont réalisés dans des matières synthétiques et sont de mauvaise qualité.
De plus, certains sont de très mauvais goût, notamment ceux que l’on retrouve sous le thème « asile psychiatrique » dans les boutiques spécialisées. En effet, des millions de personnes vivent avec une maladie mentale : les décorations de maison ou déguisements de ce genre contribuent à leur stigmatisation, à l’idée fausse que les personnes atteintes de maladie mentale fassent peur ou soient dangereuses. Ne perpétuez donc pas ce stéréotype dangereux !
Pour vos déguisements, plutôt que de les acheter, fouillez plutôt vos placards et recyclez vos vieux vêtements.
Les bonbons qui contiennent des additifs
Autre produit phare d’Halloween, les bonbons contiennent, quant à eux, de nombreux additifs alimentaires (acidifiants, gélifiants, colorants). Un cocktail explosif que les enfants vont ingurgiter en grande quantité le soir du 31 octobre et les jours qui vont suivre.
Les associations 60 millions de consommateurs ainsi que Agir pour l’environnement ont également mis en évidence la présence de nanoparticules dans les sucreries, notamment celle de l’additif E171 ou dioxyde de titane. Si la présence de cet additif est parfois visible sur les étiquettes (ce qui n’est pas toujours le cas), la mention « nanoparticules » n’apparaît quant à elle jamais.
Or si cet additif ne présente pas de danger particulier sous sa forme microscopique, sa présence à l’état nano est beaucoup plus problématique. Soyez donc vigilant et tournez-vous plutôt vers l’achat de bonbons bio. Cependant, vous ne pouvez pas exiger de vos voisins qu’ils en fassent de même lorsque vos enfants iront sonner chez eux pour avoir des bonbons…
En ce qui concerne les chocolats, l’ironie cruelle veut que la plupart du temps les friandises dont nos enfants se régalent, proviennent du travail de près de 2 millions d’enfants d’Afrique de l’Ouest… S’il y avait qu’un produit à acheter provenant du commerce équitable pour les plus jeunes, il faudrait que ce soit le chocolat !
Les fausses toiles d’araignées, néfastes pour les oiseaux
Les fausses toiles d’araignées que l’on retrouve dans les arbres pour Halloween sont un véritable cauchemar pour les oiseaux mais aussi pour les tous petits animaux. En effet, il n’est pas rare que certains d’entre eux se retrouvent piéger dans ces toiles. Trop petits, ils n’ont bien souvent pas la force de se libérer de cette emprise.
Alors pour éviter cela, mieux vaut ne pas utiliser ce type de décoration. Et de manière générale, essayez de rester respectueux de l’environnement autant que possible, même le soir d’Halloween. Serpentins, papiers de bonbons, ballons crevés, décorations : ne laissez pas de traces de votre passage derrière vous ! Et essayez d’éviter le plastique au maximum…
____________________________________________________
Halloween, la fête de tous les dangers…
Le 31 octobre, désormais, en France, l’usage est de célébrer cette fête d’origine celte : Halloween…
Désormais, on trouve souvent dans nos supermarchés un rayon entier consacré à cette fête : citrouilles, déguisements de sorcières, masques, maquillages…
Bien sûr, les enfants se laissent facilement séduire par ces festivités, une occasion de s’amuser, d’oublier le monde ordinaire, d’entrer dans un univers fantastique.
Cette fête, comme beaucoup d’autres, devient une affaire commerciale : notre monde n’est-il pas régi par l’argent et le rendement ?
Mais, cette fête tourne au cauchemar, quand on prend conscience de la nocivité des produits qui sont proposés à la vente, des produits dangereux, à bien des égards.
Ainsi, certains maquillages contiennent des substances toxiques, notamment pour des enfants : du phénoxyéthanol, du propylparabène, un perturbateur endocrinien potentiel, de l’hydroxyanisole butylé (BHA), un antioxydant classé « cancérogène possible » par le Centre international de recherche sur le cancer.
Les bonbons vendus en la circonstance se révèlent encore plus dangereux : ingurgités par les enfants, ils contiennent de nombreux additifs, des colorants, de la gélatine de porc, de l’acide citrique et malique, des nanoparticules de dioxyde de titane.
Ces termes barbares en disent long sur la composition chimique de ces « bonbons » : méritent-ils, d’ailleurs, encore ce nom ?
Les nanoparticules, extrêmement petites, ont la particularité de franchir les barrières physiologiques, les intestins, le cerveau, les reins… de pénétrer dans l’organisme et de s’y accumuler. « Des effets toxiques sont documentés : dysfonctionnement de l’ADN, stress oxydatif, réactions inflammatoires, mort des cellules ».
Oui, décidément, on peut dire que cette fête fait peur : elle conduit à une consommation démesurée de friandises, de bonbons sucrés et bourrés de substances délétères.
On s’étonne d’en arriver là : la vente de ces produits devrait être interdite, mais le lobbying des marchands et des industriels de bonbons doit faire son œuvre maléfique.
Maléfique, c’est le mot qui convient pour ces festivités qui mettent à l’honneur des costumes terrifiants, d’un goût parfois douteux…
Quand une fête est à l’origine de risques majeurs pour des enfants, elle n’est plus une fête, mais une énorme tromperie, un leurre…
Nos sociétés vouées à la marchandisation en arrivent à vendre des produits dangereux pour la santé des enfants : c’est très grave.
Dans tous les cas, les friandises proposées dans les supermarchés comme de nombreux autres aliments, contiennent des substances qui devraient être interdites par nos législations.
Pourquoi ne le sont-elles pas, si ce n’est pour remplir les poches des industriels de l’agro-alimentaire qui prospèrent en annihilant notre bien-être et notre santé ?
Halloween est une fête célébrée essentiellement par des enfants : ceux-ci doivent être préservés et protégés des dangers que génèrent tous les produits vendus à cette occasion.
____________________________________________________

Halloween à l’école
Nous vous écrivons ces lignes pour vous expliquer pourquoi nous n’enverrons pas nos enfants à l’école pour « fêter » Halloween.
Depuis quelques années la « fête » Halloween prend une ampleur considérable dans notre pays, et nous ne pouvons passer à côté de cette manifestation sans y jeter un regard interrogateur.
En effet, cette « fête » met à l’honneur l’horreur, tend à faire apparaître le hideux comme beau, et tend à faire passer le mal pour bien. Nous sommes fortement interpellés par ce renversement de valeurs : quelle sera la société de demain si nous inculquons à nos enfants de telles valeurs ?
N’y a-t-il pas un paradoxe entre ce que recherche notre société (et chacun d’entre nous, nous l’espérons), et ce que met en avant cette « fête » ?
Nous aspirons tous à l’amour, à la paix, à la vie, à la lumière et pourtant nous « fêtons » le noir, la mort, l’horreur!
« Mais c’est pour rire », nous dira-t-on ; mais peut-on rire du mal, de l’horreur, de la mort ? Plaisanter avec ces choses n’est-ce pas vouloir les rendre plus acceptables, donc moins mauvaises, et donc finalement les faire apparaître comme inoffensives ?
Or si nous les faisons apparaître comme inoffensives à nos enfants, quelles raisons auront-ils de ne pas les prendre comme valeurs de référence ? Avons-nous réfléchi aux conséquences de cela ?
Outre les dangers que nous venons de mentionner, cette « fête » nous paraît dangereuse par la place qu’elle donne à toutes sortes de techniques occultes telles la divination, la sorcellerie, etc.
En faisant apparaître de telles pratiques comme anodines à nos enfants, nous les préparons à s’ouvrir, par la suite, au domaine de l’occultisme, avec tout ce que cela entraîne.
Sur ce point encore, notre société nous paraît agir de façon tout à fait paradoxale: d’un côté elle fait tout ce qu’elle peut pour empêcher les sectes de proliférer, et d’un autre côté, elle prépare nos enfants à s’ouvrir plus facilement à l’influence de sectes pratiquant l’occultisme !
En effet, l’ambiance de l’occultisme est tout à fait celle que reflète cette « fête » : présence du noir, de la mort, de crânes, de sorcellerie, de divination, etc… Peut-être certains diront que de toutes les façons, il n’y a pas à craindre l’occultisme, puisque ceux qui le pratiquent sont des charlatans, et que le monde spirituel n’existe pas.
Nous sommes tout à fait d’accord sur le fait qu’il y a des charlatans ; mais en tant que chrétiens nous savons (à travers les affirmations de la Bible, mais aussi à travers les témoignages de nombreuses personnes qui ont été délivrées de l’occultisme) qu’il existe un monde spirituel mauvais avec lequel l’occultisme cherche à mettre en contact.
Et puis même ne croirait-on pas à l’existence de ce monde spirituel mauvais, les exemples que nous pouvons avoir de sectes pratiquant l’occultisme sont là pour nous montrer que de telles sectes sont dangereuses.
N’y a-t-il donc pas un grand danger à préparer nos enfants à accepter plus facilement toute cette ambiance occulte que pratiquent ces sectes ?
Quant à l’aspect commercial de cette « fête », loin de la justifier et de la faire apparaître comme anodine (« de toutes façons, c’est juste une affaire commerciale »), il nous paraît des plus alarmant, car il entre tout à fait dans la logique du : « la fin justifie les moyens » ; si pour gagner de l’argent il faut célébrer le laid, le morbide, l’occultisme, alors faisons-le.
En d’autres termes, pour un profit immédiat, on est prêt à proposer un système de valeurs dangereux à nos enfants, on est prêt à les exposer aux dangers de l’occultisme ; bref, on est prêt à leur faire risquer un avenir encore plus noir que ce qu’il pourrait être !
Agissons-nous vraiment en adultes responsables en agissant de la sorte ?
Nous sommes tout à fait conscients qu’à l’école, vous souhaitez que cette « fête » ait un caractère bon enfant, et que vous ne voulez pas faire de cette « fête » une fête maléfique, diabolique.
Néanmoins, comme nous avons essayé de l’expliquer dans les lignes précédentes, l’ambiance générale qui fait la trame de fond de cette « fête » nous paraît d’autant plus dangereuse et insidieuse qu’on la revêt d’une apparence anodine, et même ludique. C’est pourquoi nous ne souhaitons pas associer nos enfants à cette « fête ».
En écrivant ces quelques lignes, notre but n’est pas de vous accuser, mais plutôt de vous partager ce que nous avons sur le cœur, espérant par-là susciter une réflexion, et pourquoi pas, une approche différente de la « fête » Halloween l’année prochaine à l’école …
_______________________________________________

Patrick :
« Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ! »
Ici, ce sont juste quelques articles parmi les centaines d’autres sur les « méfaits » d’Halloween !
Une chose que j’ai découvert dans ma vie c’est qu’on a beau avertir les gens, encore et encore, s’ils ont décidé d’écouter que leur propre entendement il n’y a plus grand-chose que l’on puisse faire pour les empêcher que de répéter et répéter jusqu’au ce qu’un peu de lumière perce leur raison.
C’est triste de dire cela, car on se fait passer pour des « moralistes », des « fauteurs de troubles », « des rabaisse joies ! », des « arriérés », etc. (les qualifications ne manquent pas !)
Mais les effets indésirables d’Halloween ne manquent pas ! A la surface cela semble anodin, amusant, adorable pour les enfants, mais à l’intérieur se trouve le poison, et je pèse bien mes mots ici !
Ce n’est pas étonnant que toutes sortes de malheurs s’abattent sur nos pays ; les gens courent à leur propre destruction !
Et croyez-moi, il faut du courage pour dire ce que je dis !
Il est temps de prendre toutes ces choses qui nuisent à la vérité (Halloween, le Père fouettard, le Père Noël, etc.) et s’en débarrasser une bonne fois pour toutes.
Mais c’est le choix de chacun de choisir ce qu’il veut croire !
_______________________________________________
 

 
 
 

Le piège de la Belle au Bois Dormant

 
 
La productrice de Suspicion, l’émission de télé-réalité spécialisée dans la reconstitution de cold cases, s’est laissé convaincre par Casey Carter, tout juste libérée de prison après une peine de quinze ans pour le meurtre de son fiancé, Hunter Raleigh, de rouvrir son dossier.
 
Si, pour la presse et l’opinion publique, Casey reste une criminelle, celle-ci continue de clamer son innocence : Suspicion est sa dernière chance.
 
Entre les nombreuses jalousies et rivalités que suscitaient les fiançailles de Casey et Hunter, héritier d’une des plus grandes fortunes des États-Unis, et l’arrivée d’un jeune loup aux dents longues pour remplacer le précédent présentateur de Suspicion, l’enquête de Laurie s’annonce difficile…
 
Une nouvelle mission pour Laurie Moran après les succès de L’Affaire Cendrillon et de La mariée était en blanc du duo de choc Mary Higgins Clark / Alafair Burke.
 
VOICI TOUS LES TITRES DE CETTE AUTEURE PUBLIÉS CHEZ CET ÉDITEUR
 
LES AUTEURES :
 
MARY HIGGINS CLARK
D’abord secrétaire puis hôtesse de l’air, ce n’est qu’au décès de son mari que Mary Higgins Clark se lance dans la rédaction de scripts pour la radio. Son premier ouvrage est une biographie de George Washington. Elle décide ensuite d’écrire un roman à suspense, La Maison du guet, son premier best-seller. Encouragée par ce succès, elle continue à écrire tout en s’occupant de ses enfants. En 1980, elle reçoit le Grand prix de littérature policière pour La Nuit du renard. Mary Higgins Clark écrit alors un roman par an, toujours accueilli avec le même succès par le public. Elle est traduite dans le monde entier et plusieurs de ses romans ont été adaptés pour la télévision.
 
ALAFAIR BURKE  est considérée comme l’une des nouvelles voix du polar contemporain. Ancienne adjointe du procureur de Portland, et fille du célèbre auteur James Lee Burke, elle enseigne le droit pénal à New York. Ses romans sont traduits en 12 langues. Son premier ouvrage traduit en France, Jamais vue, est paru en 2013 aux éditions Télémaque.
 
LE PIÈGE DE LA BELLE AU BOIS DORMANT
Mary Higgins Clark
Alafair Burke 
Traduction Anne Damour
LES ÉDITIONS LE LIVRE DE POCHE #35126
Suspense
2018 – 408 pages – 13,95 $ – 7,90£
 
Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur
LES ÉDITIONS LE LIVRE DE POCHE