Photos de Perle Marchand : Eaux, reflets miroirs…

Photos de Perle Marchand ~ Eaux, reflets miroirs… De France.

Texte de Perle,

Que ce soit la mer, un ruisseau, une flaque d’eau etc…, il est toujours agréable d’admirer les effets miroirs qu’ils peuvent nous offrir….en voici quelques exemples.

…..
Pour écrire à Perle Marchand, sélectionnez l’adresse courriel plus bas, copiez (ctrl-c) et placez le lien (ctrl-v) dans le A: de votre courriel :
perle33780@hotmail
Transformation des photos, chroniques et bulletins de Ginette Villeneuve : http://planete.qc.ca/Ginette-Villeneuve
Mon site web :
Mon site
MON LIEN FACEBOOK : https://www.facebook.com/people/Ginette-Villeneuve/100017666836979

Menottée pendant huit heures

Le New York Post raconte qu’une femme a été menottée au montant de son lit pendant huit heures pendant que son ivrogne de chum dormait.
L’homme, âgé de 37 ans, a dit qu’il avait menotté sa blonde dans le but de satisfaire un fantasme: celui de la femme menottée.
Sauf qu’il s’est endormi. Elle a réussi à le réveiller en cogant dessus, il a libéré un poignet pour se rendormir aussi vite.
À force de se débattre, elle a réussi à atteindre le téléphone et appeler la police.
La femme a déclaré qu’elle n’avait pas accepté qu’il lui passe les menottes. L’homme sera poursuivi.

Belle semaine

Climat astral très propice à l’amitié. Vous pourrez nouer de multiples liens cette semaine. Mais faites un choix sévère dans vos relations.

Mission

La «Dame» ouvre la porte du bordel et voit un homme élégant, d’âge moyen.
– En quoi puis-je vous être utile ?
– Je souhaite voir Nathalie.
– Monsieur, Nathalie est une de nos dames les plus coûteuses, peut-être souhaitez-vous voir une autre fille ?
– Non merci, je dois voir Nathalie.
Arrive Nathalie qui lui dit qu’elle demande $1000 par visite et l’homme, sans discuter, sort dix billets de $100.
Ils montent dans la chambre bleue et l’homme, tout heureux, redescend une heure plus tard.
La nuit suivante, le même homme frappa à la porte et demanda de nouveau à voir Nathalie.
La patronne n’en revient pas. Mais si c’est comme ça…
Notre homme paie et redescend, toujours aussi souriant, une heure plus tard.
Le troisième soir, même manège… Nathalie qui est pourtant très discrète, se risque quand même à lui demander d’où il vient.
– Personne n’a fait usage de mes services trois nuits de suite. D’ou êtes-vous ?
– De Rimouski
– Vraiment? J’ai de la famille à Rimouski.
– Je sais. Votre père est décédé. Je suis l’avocat de vos soeurs, et je suis en mission.
– En mission?!!
– Oui, elles m’ont demandé de vous remettre en mains propres votre part de l’héritage, soit 3000$
– @?!!???

Francis Eddell

Inutile de sa battre avec son mari pour lui faire changer d’idée. Mieux vaut la ruse.
Vous pensez noir, il dira rouge.
Alors, commencez, peu à peu, à dire que vous aimez l’option rouge. Vous verrez comme il changera.
C’est plus long, mais efficace.

Dans ce temps là…

Dès les débuts de la Nouvelle-France, la fête de Noël faisait l’objet d’une célébration essentiellement religieuse.
Ainsi, en 1645, des colons français se réunissaient dans la petite église de Québec pour assister à la messe de Minuit.
À cette occasion, ils entonnèrent Chantons Noé, un vieux chant de noël qu’ils avaient ramené de leur pays natal. Hérités du Moyen Âge, les mots Noé ! Nau ! servaient encore à désigner Noël.
À cette époque, la coutume voulait que l’on distribue le pain bénit à l’assemblée venue assister à la messe de Minuit. Cependant, la distribution et surtout le privilège de préparer ces pains donnaient parfois lieu à des querelles entre les habitants.
Un incident à ce sujet est d’ailleurs relaté dans les Relations des jésuites de 1660.
À Noël, les soldats ayant été chargés de la fabrication de ces pains s’amenèrent à l’autel, au moment de l’Offrande, en faisant retentir flûtes et tambours, ce qui choqua vivement l’évêque de Québec. Mais les soldats lui ayant apporté un chanteau de pain, monseigneur leur remit deux pots d’eau-de-vie et une livre (454 g) de tabac.