Washington accuse l’Iran de rendre ses pétroliers invisibles aux systèmes radars

Washington accuse l’Iran de rendre ses pétroliers invisibles aux systèmes radars
Affirmant que l’Iran aurait débranché le système d’identification sur ses pétroliers pour «échapper aux sanctions», les États-Unis ont mis le monde entier en garde contre les navires iraniens.
Les États-Unis ont appelé les pays du monde entier à se tenir à l’écart des navires iraniens, notamment des pétroliers, qui représentent désormais, selon eux, «une menace flottante».
Une dizaine de pétroliers iraniens ont déconnecté leurs transpondeurs du système automatique d’identification, se rendant «invisibles» aux radars, a affirmé le représentant spécial pour l’Iran du Département d’État américain, Brian Hook. Le responsable américain a également mis en garde contre les possibles conséquences de ce geste.
« Ce type d’actions présente une menace à la sécurité maritime. Ces transpondeurs sont destinés à assurer une visibilité maximale en mer, leur déconnexion augmentant le risque d’accidents », a-t-il indiqué.
Le diplomate a également affirmé que l‘Iran aurait entrepris cette démarche afin d’ « échapper aux sanctions » rétablies par les États-Unis à son encontre le 5 novembre. Outre le secteur de l’énergie et les banques, les sanctions américaines visent le transport maritime iranien mais aussi les assureurs étrangers qui offriraient leurs services à des entreprises iraniennes dans le collimateur de Washington.
« Les pays, les ports, les opérateurs de canal et les entreprises privées doivent savoir qu’ils risquent d’être responsables des coûts d’un accident impliquant un pétrolier iranien assuré localement », a averti Brian Hook, affirmant espérer « sincèrement » qu’aucun accident n’ait lieu.
Washington, qui s’est retiré en mai de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, espère faire plier la République islamique grâce à sa campagne de « pression maximale » pour ensuite négocier un texte plus strict, qui puisse également mettre fin à la prolifération de missiles balistiques iraniens et à l’interventionnisme jugé déstabilisateur de Téhéran dans la région. Le Président iranien Hassan Rohani a pour sa part déclaré que son pays avait l’intention de « contourner avec fierté » les restrictions américaines.
(Pourquoi les États-Unis ne demande-t-ils pas à Israël de faire la même chose ? Israël a plus de 200 têtes nucléaires ; un programme nucléaire complètement caché aux yeux du monde entier !)

CĐV Malaysia xếp hàng từ đêm chờ mua vé trận chung kết AFF Cup 2018
Sunday December 09, 2018

Theo công bố trên trang chủ Liên đoàn bóng đá Malaysia (FAM), 10h sáng nay (9/12) sẽ bắt đầu mở bán vé trận chung kết lượt đi AFF cup 2018 ở sân Bukit Jalil. Tuy nhiên, theo ghi nhận của PV VOV.VN, từ 17h chiều qua (8/12), các CĐV Malaysia đã ra sân Bukit Jalil […]

The post CĐV Malaysia xếp hàng từ đêm chờ mua vé trận chung kết AFF Cup 2018 appeared first on Bong88ag.

Patrick commentaire :
Vous voyez, cela s’appelle le comble de l’ironie américaine ! En Français on dit : l’hôpital qui se fout de la charité ! »
Nous avons une superpuissance ici (U.S.A) qui utilise tous les moyens pour écraser tous les pays qui s’opposent à son règne ; qui se comporte comme une grosse brute ; qui va à l’encontre du droit international en vendant des armes aux terroristes et en les supportant de toutes les manières possibles ; qui sont responsables des millions de morts dans leur histoire (un très haut taux de civils tués) ; qui ont tué des centaines de milliers de civils à Hiroshima et Nagasaki (vieillards, enfants, mère de famille, handicapés, etc. ; qui ont causé des horreurs au Vietnam, en Irak, en Serbie, en Libye, et la liste s’allonge, s’allonge…
Et maintenant vous avez ce pays qui a le culot d’informer les autres pays du danger des pétroliers iraniens ?!!! Alors que c’est leurs invraisemblables sanctions économiques qui causent ce problème…
En plus, Messieurs les Américains pour des raisons purement égoïstes ont décidé d’alléger leurs sanctions pour quelques pays de leur choix — et savez-vous que l’Europe ne fait pas partie de ces pays favorisés, je vous laisse deviner la suite —
Quand est-ce que le monde va se réveiller et commencer à donner des sanctions aux États-Unis pour briser encore, et encore, et encore, le droit international ?
Quand est-ce que les gens vont se réveiller et voir que cette nation est le vrai danger dans le monde ; le vrai danger de commencer la 3ème Guerre mondiale ?
Quand est-ce que les chrétiens vont sortir de leur sommeil et de leur léthargie pour condamner l’Amérique ?
_______________________________________________

Sau tất cả, người Nhật đã tạo ra được Rasengan của Naruto ngoài đời thực
Thursday December 06, 2018

Kỹ năng Rasengan có thể được làm ra rất dễ dàng nhờ một thiết bị hỗ trợ có tên micRokuro. Bạn đã bao giờ ước mơ rằng mình có thể tụ ra được một quả cầu gió xoáy như Rasengan của anh chàng Naruto giữa lòng bàn tay của mình hay chưa? Với phát minh […]

The post Sau tất cả, người Nhật đã tạo ra được Rasengan của Naruto ngoài đời thực appeared first on Bong88ag.

Sanctions contre l’Iran: la « drôle de guerre » que se mènent Washington et l’UE
Malgré ses rapports privilégiés avec les États-Unis, l’Union européenne, l’un des plus gros importateurs de pétrole iranien, ne s’est pas retrouvée parmi les huit bénéficiaires d’exemptions américaines aux sanctions visant la République islamique. Quel message Washington voulait-il ainsi envoyer à Bruxelles?
Les sanctions font leur retour en Iran. Washington a rétabli lundi, dans la foulée de son retrait en mai de l’accord de Vienne (2015), des mesures contre les secteurs du pétrole, des banques et des transports iraniens, tout en menaçant de continuer à manier le bâton de ses sanctions. Après à peine trois ans de répit, l’histoire semble se répéter, sauf que le contexte dans lequel la scène se déroule cette fois-ci n’est plus le même.
Contrairement à la période précédant l’accord de 2015, les États-Unis se sont retrouvés pratiquement isolés dans leur initiative de réécrire le document pour forcer Téhéran à négocier un arrêt de ses programmes nucléaire et balistique ainsi que sa politique en Syrie et au Yémen.
Fidèle alliée des États-Unis, l’Union européenne, qui compte parmi les signataires de l’accord, a tourné le dos à Washington, en annonçant fin septembre la création d’un mécanisme permettant à ses entreprises de contourner les sanctions à l’encontre de l’Iran.
Coïncidence ou pas, mais à l’entrée en vigueur des mesures, l’UE n’était pas parmi les huit bénéficiaires d’exemptions accordées par les États-Unis aux plus gros importateurs de brut iranien.
Seuls deux pays européens, l’Italie et la Grèce, figurent dans la liste des «immunisés» aux côtés de la Chine, la Corée du Sud, l’Inde, le Japon, Taïwan et la Turquie. (Ils ont léché les bottes des Américains !)
Pas de place pour l’UE
« L’UE est une entité composée de [bientôt, ndlr] 27 pays, ce qui aurait considérablement élargi le nombre des pays bénéficiant de dérogations. Il y en a  pour l’Italie et la Grèce qui comptent parmi les plus grands acheteurs européens »
L’expert précise que selon des informations non officielles, l’Italie et la Grèce auraient négocié ces dérogations directement avec les États-Unis en contournant Bruxelles, auquel la manœuvre aurait fortement déplu.
(Quand je vous dis qu’on vit dans un monde de compromis ; quelle lâcheté !)
Appuyée par l’AIEA qui certifie le respect par l’Iran de ses engagements dans le cadre de l’accord 2015, l’UE n’a pas du tout apprécié non plus la conduite de son allié américain sur ce dossier. Unilatérales, extra-territoriales, décidées par les États-Unis, voire même illégales aux yeux de la Russie, ces mesures poussent les Européens à y opposer une résistance… qui est plutôt faible pour le moment.
Sous l’œil sévère de l’Oncle Sam
Le seul geste plus ou moins précis que l’UE a fait, à part de «regretter vivement» le rétablissement de sanctions américaines contre l’Iran, est un mécanisme de troc annoncé en septembre par Federica Mogherini, la Haute représentante pour les affaires extérieures de l’Union. L’entité devrait fonctionner comme une bourse d’échange à partir de la vente de pétrole iranien et immuniser les acheteurs et vendeurs en évitant des transactions en dollars qui pourraient les exposer à des mesures américaines.
« L’UE dit vouloir essayer de trouver un mécanisme pour contourner les sanctions: vis-à-vis du taureau américain, c’est comme agiter un chiffon rouge », indique de son côté Francis Perrin, chercheur associé à l’OCP Policy Center, cité par Les Échos.
Washington a par le passé laissé entendre que l’initiative européenne pour contourner ses sanctions n’a pas été de son goût, menaçant de prendre des mesures contre ceux qui oseraient défier ses mesures.
(Ben voyons ! Qu’est-ce qui vous faut de plus pour voir qui est celui qui ordonne au monde sa volonté sous peine d’être écrasé sous son pied !)
Serait-ce un signe d’angoisse ou de bureaucratie, mais force est de constater que le mécanisme n’est toujours pas prêt et que les pays de l’UE se renvoient la balle pour trouver celui qui osera l’héberger au risque de s’attirer l’ire des États-Unis.
Entre-temps, devant les menaces venant d’outre-Atlantique, le réseau interbancaire SWIFT basé en Belgique par lequel transitent la plupart des transactions internationales, a déjà capitulé suspendant « l’accès de certaines banques iraniennes » à son système.
Le jeu en vaut-il la chandelle?
«Le mécanisme a avant tout une portée politique parce qu’on ne sait pas encore quand le projet sera réalisé, mais le fait même que l’UE va jusque-là montre que la posture américaine ne l’arrange pas du tout et qu’elle est prête à agir», note Andreï Baklitski.
Si l’UE dans son ensemble n’a pas obtenu de dérogation, c’est justement ce mécanisme qui pourrait y remédier. « Les exemptions permettant l’achat du pétrole iranien ne signifient pas qu’il sera facile à leurs bénéficiaires de le faire, car compte tenu de la force et de la diversité des sanctions, il serait difficile de trouver une banque prête à réaliser les transactions, même s’il y a une autorisation américaine », estime-t-il.
L’analyste anticipe que les banques préféreront plutôt se distancer de toute transaction avec l’Iran pour éviter de faire un faux pas et de s’attirer les sanctions.
Créer le dispositif pour aller à contre-courant de l’initiative américaine s’avère en réalité « plus difficile qu’on ne le croyait », fait remarquer M. Baklitski. Mais si les grandes entreprises européennes se sont déjà pliées devant la volonté des États-Unis quittant la République islamique, le mécanisme réserve d’autres avantages aux Européens.
« Il est fort probable qu’une fois opérationnelle, l’entité sera utilisée pour assurer les transactions liées aux produits humanitaires. Puis, le spectre pourrait être élargi, mais l’Iran et l’Europe en ont besoin », estime Andreï Baklitski.
Et de conclure:
« Si le projet est réalisé, ce n’est pas seulement l’UE qui pourrait en profiter, mais aussi la Russie, l’Inde, la Chine. Rien ne pourrait empêcher de mettre en œuvre ce nouveau canal »

Link sopcast Acestream trận AC Milan vs Genoa (1h30 ngày 1/11)
Wednesday October 31, 2018

 Thứ tư (31/10): bóng đá Ý Dự đoán: 1-1 Kết quả: ? 1h30 ngày 1/11: AC Milan vs Genoa Kết quả trận AC Milan vs Genoa: ? ( Xem kết quả bóng đá – livescore ở đây) + Link sopcast trận AC Milan vs Genoa: … (Bóng Đá 8 cập nhật link sopcast xem trận AC Milan vs Genoa

The post Link sopcast Acestream trận AC Milan vs Genoa (1h30 ngày 1/11) appeared first on W88TOP.

Patrick commentaire :
Ce que je crois ? Je crois que les États-Unis essaient de nuire aux pays européens délibérément ! Ils ne supportent pas qu’on leur résiste.
Ils veulent rester les maîtres incontestés du monde ; la toute-puissance commerciale et militaire qui dirige, ordonne, et qui fait la loi (ses lois) ! Et tous ses alliés sont des valets de chambre ! Ses colonies ! Ses esclaves !
_______________________________________________

Washington menace de punir ceux qui contourneront ses sanctions contre l’Iran
Une punition immédiate attend ceux qui contourneront les sanctions adoptées par les États-Unis contre l’Iran, d’après l’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran Brian Hook.
Ceux qui essayeront de contourner les sanctions américaines contre l’Iran en créant des dispositifs spéciaux, seront à leur tour frappés de sanctions, a déclaré lundi à Washington l’envoyé spécial des États-Unis pour l’Iran Brian Hook.
« Si une personne ou une société participe à des transactions qui violent nos sanctions, nous adopterons des sanctions pour empêcher ces activités […]. Vous assisterez à l’une des plus rapides prises de décision à ce sujet. Nous appelons à éviter de participer à un instrument qui contourne notre régime de sanctions », a indiqué M.Hook lors d’un point presse.
L’Allemagne, la Chine, la France, l’Iran, le Royaume-Uni et la Russie ont précédemment annoncé, au terme d’une rencontre ministérielle à l’Onu, que l’UE mettrait en place un mécanisme financier spécial, SPV («special purpose vehicle»), pour poursuivre ses échanges avec l’Iran en contournant les sanctions américaines.
Inactive sur le marché américain, cette entité européenne serait de fait immunisée contre les amendes dont Washington menace tout établissement financier qui contournerait ses sanctions.
Le Président Donald Trump a annoncé en mai dernier le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, de même que le rétablissement des sanctions contre l’Iran, y compris celles qui frappent les pays commerçant avec Téhéran. Certaines sanctions américaines ont été rétablies le 7 août dernier et d’autres sont entrées en vigueur ce lundi 5 novembre. Washington a notamment porté plus de 700 personnes, entités, avions et navires iraniens sur sa liste noire. Parmi les entités concernées figurent 14 banques importantes. La Chine, la Corée du Sud, la Grèce, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Turquie et Taïwan ont été provisoirement autorisés à acheter du pétrole iranien.

Patrick commentaire :
J’espère que vous voyez et comprenez comment les Etats-Unis fonctionnent ! Vous êtes sous leurs bottes ou vous êtes un homme mort ! Qu’est-ce que je peux vous dire plus ?
Regardez la politique des États-Unis en général dans le monde :
Après 60 ans de violence contre Cuba, Obama avait commencé à lever ses sanctions contre ce pays. Trump arrive au pouvoir, il les rétablit !
Maintenant c’est au tour de l’Iran ! La Russie et la Chine sont visées !
Tous les pays qui n’achètent pas les armes américaines (La Turquie et l’Inde, juste pour donner un exemple, qui veulent acheter des S 400 aux Russes au lieu des Patriotes américains) sont visés par les sanctions !