UNE MERVEILLEUSE RANDONNÉE EN ROUMANIE –

Une Merveilleuse Randonnée En Roumanie…


Thursday January 01, 1970

Roumanie


Thursday January 01, 1970

Aujourd’hui exploitées de manière agro-industrielle par des entreprises privées souvent étrangères. Enfin le long du Danube, de ses principaux affluents et de la mer Noire…
Zones humides et milieux paraliques offraient gîte à de nombreuses espèces d’oiseaux présentes dans le delta du Danube tels les pélican blanc et frisé, la cigogne blanche, le guêpier, le rollier, l’hirondelle, le héron pourpré, le crabier chevelu, parfois l’ibis falcinelle et bien d’autres.
Tourisme
Le tourisme en Roumanie s’articule autour de trois pôles d’attraction :
Les sites naturels comme les Carpates ou le Delta du Danube dans lesquels on peut pratiquer des activités comme la randonnée, la pêche, la spéléologie, le safari-photo ou l’observation de la faune sauvage…
(La Roumanie compte encore des milliers d’ours, de loups, de lynx et autres espèces disparues ou très rares et difficiles à voir ailleurs). Il existe aussi un tourisme de chasse, très onéreux ;
Les pôles d’attraction culturels dont les principaux atouts sont les anciennes villes transylvaines, le Maramureş, la Bucovine et ses monastères médiévaux…
Le tourisme monastique ou ethnographique (vie des villages, minorités comme les Csángós, les Lipovènes ou les Saxons, musique traditionnelle)…
Les châteaux et forteresses, l’archéologie, les petits trains de montagne à vapeur (comme celui du Văsăr) voire les circuits légendaires (Dracula) ;
 


Thursday January 01, 1970

Source : Le Chateau De Dracula En Roumanie
Le tourisme de santé-loisirs où le thermalisme et le littoral de la mer Noire (avec notamment les stations estivales de plage et ses discothèques) sont les principales destinations.

Sur Le Plan Géographique, On Compte…
Les « attracteurs » de montagne comme Poiana Brașov, Sinaia, Bușteni, Predeal, Borșa, les monts Apuseni, Parâng ou Retezat où se trouve le Parc national Retezat ;
Les « attracteurs » fluviaux : des croisières (dont certaines, internationales) sont organisées tout au long du Danube, mais ce sont les Portes de Fer et le delta du Danube, réserve naturelle pour la biosphère de l’UNESCO, qui attirent le plus de visiteurs ;
Les « attracteurs » de la mer Noire sont les marinas de tourisme de masse qui se succèdent du nord de la ville de Constanța jusqu’à la frontière bulgare…
Elles bénéficient d’un long ensoleillement et d’une chaleur tempérée, la moyenne étant de 25 °C en été et 250 254 touristes (roumains à 80 %) les ont fréquentées en 2006 ;
Ce sont du nord au sud les ensembles de Mamaia, Constanța, Costinești, Eforie, et les six marinas de Neptun, Jupiter, Olimp, Saturn, Aurora et Vénus situées à Mangalia, et plus au sud encore Doi-Mai et Vama Veche ;

Parmi les « attracteurs » transylvains, les centres-villes anciens de Sibiu, Brașov, Cluj-Napoca, Sighișoara, Alba Iulia, Arad, Bistrița, Făgăraș, Gherla, Hațeg, Hunedoara, Mediaș, Miercurea-Ciuc, Oradea, Sfântu Gheorghe, Râșnov, Târgu Mureș ou Timișoara, les églises fortifiées saxonnes…
Ainsi que les châteaux et les places fortes attirent non seulement les touristes roumains, mais aussi beaucoup d’étrangers notamment allemands et anglo-saxons.
Mais l’« attracteur » transylvain le plus connu internationalement reste le mythe du comte Dracula créé par l’écrivain irlandais Bram Stoker et popularisé par des dizaines d’œuvres de l’industrie cinématographique américaine.
Grâce à eux, tout un tourisme « vampirique » s’est développé notamment autour de la ville médiévale de Sighișoara et du château de Bran, parfois au détriment d’autres richesses plus authentiques comme la tour de Chindia à Târgoviște, moins spectaculaire mais réellement bâtie sous le règne du vrai Vlad Țepeș ;

Les « attracteurs » du nord de la Roumanie sont surtout religieux : Églises en bois de Maramureș et monastères de Bucovine, dont la renommée est due…
Pour les premiers, à leur architecture solide mais élégante et entièrement en bois, et, pour les seconds, à la conservation exceptionnelle…
De leurs fresques non seulement à l’intérieur, mais aussi à l’extérieur (les plus visités sont Moldovița, Humor, Sucevița, Arbore, Pătrăuţi, Probota, Suceava et Voroneț).

Malgré ces atouts, le tourisme souffre de la crise financière internationale, d’un déficit de communication (la plupart des sites restent peu connus…
Et les prestataires roumains rechignent à sortir des sentiers battus, à innover) et de la concurrence d’autres destinations plus proches des pays d’origine des touristes occidentaux (Croatie, Hongrie) ou plus facilement accessibles (Grèce, Turquie).
En août 2015, le gouvernement a soumis un projet de loi (statut gouvernemental no 13) qui conduirait à l’établissement d’une sorte de Passenger Name Record pour tous les touristes.
La base de données, traduite en anglais par Integrated Tourist Record Computer System, dans laquelle tous les hôtels et pensions rentreraient les identifiants des touristes…
Serait gérée par l’agence militaire Serviciul de Telecomunicații Speciale (en) (STS, Service de télécommunications spéciales), laquelle communiquerait ensuite les données aux différents services du Ministère de l’Intérieur 50.
Le projet suscite beaucoup de critiques de la part des défenseurs du droit à la vie privée 50.
Culture de la Roumanie
Les Roumains décrivent souvent leur pays comme une « île de latinité dans un océan slave ».
Cette expression isolationniste a été popularisée par Nicolae Iorga, historien et homme politique de l’entre-deux-guerres.
Toutefois il faut y mettre un bémol car la Hongrie ne fait pas partie des pays slaves. Mais surtout, la latinité est surtout linguistique :
Sur les autres plans de la culture traditionnelle (architecture traditionnelle, arts, musiques, cuisines, influences religieuses, histoire, patrimoine, minorités…)
La Roumanie se situe bien au carrefour de l’Europe centrale à laquelle elle appartient par la Transylvanie, de l’Europe orientale à laquelle elle appartient par la Moldavie, et des Balkans auxquels elle appartient par la Valachie et la Dobrogée.
Par ailleurs, depuis l’époque des Lumières, la Roumanie a subi une très forte influence occidentale et notamment française, combattue jadis…
Par des partisans de l’« autochtonisme orthodoxe » tels le philosophe Nae Ionescu ou l’essayiste Nichifor Crainic, et aujourd’hui par les polémistes tels Adrian Păunescu ou Corneliu Vadim Tudor.
Musique roumaine
Taraf
La musique roumaine est particulière au sein de l’Europe de l’Est car la population roumaine n’est pas slave mais en majorité latine, tout comme celle de Moldavie dont la musique partage bien des aspects d’ailleurs.
De plus, il existe une grande minorité rome particulièrement versée dans la musique et appelée les Lăutari qui accompagnent traditionnellement les fêtes et banquets (mariages…).

This is Romania (TBM Drone REEL 2017) from The Brothers M on Vimeo.

Road Trip – Honda Africa Twin 1000 – Roumanie – Transylvanie from TeamPLC on Vimeo.

Bande annonce de « Roumanie, éleveurs porcins à terre » from CFSI ALIMENTERRE on Vimeo.

ROUMANIE 52 – TEASER from Drôle de trame on Vimeo.

Roumanie 1989 from GOUIRRIEC Thierry on Vimeo.

Welcome To Right Now from JH4 CREATIONS on Vimeo.

Petzl RocTrip 2014 [FR] Ep1 – Roumanie from Petzl-sport on Vimeo.

Taraneasca, une campagne en Roumanie from Fabien Loire on Vimeo.

Echappées belles en Roumanie from Teiva Rangiroa on Vimeo.
Amicalement De Louise