Alors que la Syrie se prépare à l’après-Daesh, la France ne sait pas quoi faire des enfants de djihadistes

Alors que la Syrie se prépare à l’après-Daesh, la France ne sait pas quoi faire des enfants de djihadistes
Syrie : alors que la destruction totale de Daesh est imminente, les djihadistes français, faits prisonniers par les soldats syriens, irakiens ou par les Kurdes du PKK, implorent aujourd’hui leur retour dans l’hexagone, afin d’être jugés par la justice française. Mais l’État français est aujourd’hui bien embarrassé par ces repentis, dont il ne sait trop que faire. Au-delà du sort des combattants français, un véritable dilemme éthique est posé par les enfants de Daesh, ces bébés nés sur place pendant le conflit ou emportés avec eux par leurs parents. 

En Syrie, le « califat » autoproclamé par l’EI est quasiment réduit à néant. Après avoir perdu 90% du territoire qu’elle occupait depuis 2014, l’organisation vient de perdre son dernier bastion, à l’est de la Syrie. Hier, à Abu Dhabi, Emmanuel Macron annonçait que la guerre contre les terroristes était « gagnée » et envisageait la liquidation totale de Daesh dans les mois à venir.
Mais une question perdure, et elle risque de donner encore bien du fil à retordre à la justice française : la question de l’hypothétique retour des djihadistes français, qui aujourd’hui faits prisonniers en Irak ou en Syrie, veulent désormais rentrer au pays. Capturés par les Kurdes du PKK, par l’armée syrienne ou irakienne, ils implorent à présent leur rapatriement en France, afin d’y être jugés.
Un problème d’autant plus épineux que bien des Français partis combattre en Syrie ont également amené avec eux femmes et enfants. Ainsi, la justice française estime à environ 700 le nombre d’adultes français encore vivants dans la zone djihadiste irako-syrienne. À leurs côtés, 500 mineurs — la moitié de ces enfants sont nés sur place et sont âgés de moins de 5 ans.
Or, que faire des enfants des djihadistes ? Si les adultes ayant sciemment quitté l’hexagone pour s’enrôler aux côtés de l’EI seront évidemment jugés et incarcérés dans le cas de leur hypothétique extradition, que faire des jeunes enfants, nés sur place ou emportés avec eux par leurs parents ? Difficile de vouloir réserver le même sort à ces bambins, entraînés dans une guerre sanglante bien malgré eux. Et les familles de ces djihadistes sont de plus en plus nombreuses à réclamer que l’on rapatrie au moins les enfants.
Mais c’est là que la pensée humaniste se retrouve confrontée à la dure épreuve de la réalité. Car, bien que très jeunes, de nombreux enfants ont été soumis à la propagande, ont assisté voire été contraints de participer à des exécutions. Certains ont même été entraînés à tirer avec des armes à feu ou à faire exploser des bombes. C’est ce que l’organisation terroriste appelait les « lionceaux du califat » — des petits soldats en herbe, censés incarner la relève  de l’EI, et garants d’une certaine pureté idéologique puisqu’ayant baigné depuis leur plus jeune âge dans la société théocratique voulue par Daesh.
Dans ces conditions, et malgré leur âge, ces enfants peuvent représenter une menace s’ils ne parviennent pas à s’intégrer dans la société française après ce qu’ils ont vécu, voire même devenir potentiellement de véritables bombes à retardement. 
Pour l’instant, Emmanuel Macron a évoqué une politique de « cas par cas » suivant l’âge, l’état psychologique et le degré de radicalisation. Les mineurs de moins de 8 ans pourraient ainsi être placés en familles d’accueil, ou encore confiés à des membres de leur famille dont le profil aura au préalable été évalué. Les enfants et adolescents de plus de 8 ans, eux, seront passés au crible afin d’analyser leur degré d’embrigadement.
Quoi qu’il en soit, les enfants font « d’ores et déjà l’objet  d’une procédure toute particulière et d’un suivi très particulier sur le plan médical et psychiatrique », a assuré le président français. Reste à voir si, après les atrocités vues et les lavages de cerveau subis, ces enfants parviendront à avoir une vie normale et à s’intégrer au sein de la société française.

WESTMOUNT – UNE MAISON PATRIMONIALE EN CHANTIER SUSCITE L’INDIGNATION –

Westmount – Une Maison Patrimoniale En Chantier Suscite L’indignation

Le nouveau propriétaire d’une maison à haute valeur patrimoniale de Westmount…
Qui appartenait autrefois à la famille Bronfman, a obtenu l’autorisation…
De la démolir partiellement et de procéder à des rénovations majeures.
Photo Martin Chamberland, La Presse
Sara ChampagneLa Presse

Au grand dam du voisinage, une maison à haute valeur patrimoniale dans un lieu historique national, qui appartenait autrefois à la famille Bronfman…
  a été partiellement démolie dans Westmount. Les travaux bien entamés prévoient la démolition de la façade, une nouvelle aile…
dans ce qui était autrefois un verger et l’aménagement d’une piscine creusée, ce qui a nécessité l’abattage d’arbres matures et l’installation d’un poteau électrique.

Judy Clark (à droite) et Elisabeth Morin Brault demeurent à proximité du 475, rue Roslyn.
Photo Martin Chamberland, La Presse

Cour arrière du 475, rue Roslyn, à Westmount, avant les travaux de transformation sur le terrain
Photo tirée du site Resaas

Le nouveau propriétaire a obtenu en bonne et due forme tous les permis de la Ville de Westmount, en conformit…
Avec de vieilles règles de zonage délimitant en deux lots la propriété datant de 1904.
Ces règles n’interdisent pas de réduire l’espace vert.
Mais, dans la rue voisine, c’est l’indignation chez les propriétaires dont la cour arrière donne directement sur la propriété bourgeoise située au 475, rue Roslyn…
Mise en vente au coût de 3,5 millions en 2013. Jusqu’à tout récemment, une rangée de feuillus gigantesques…
Délimitait leurs maisons de la propriété de style colonial néerlandais d’une superficie de 9000 pi2, qui comprend neuf chambres et six salles de bains.
Judy Clark, qui vit depuis 40 ans dans le quartier, rue Lansdowne, songe à mettre sa maison en vente.
« Je n’arrive pas à comprendre comment les élus ont pu permettre de tels travaux. Le quartier est dénaturé, c’est un non-sens. »
« Il ne s’agit pas ici d’une simple chicane de voisins, mais plutôt de l’impact d’une utilisation rétrograde d’un espace vert cautionnée par la Ville de Westmount.
La maison était déjà assez grande, surtout dans le contexte d’un vieux quartier dense et résidentiel. »
– Éric Sutton, propriétaire d’un bungalow voisin…
Joint par La Presse, le propriétaire de la maison, l’homme d’affaires Richard Benjamin Yufe, ancien militant en faveur d’un statut de cité-État pour Montréal…
Parle de quelques voisins récalcitrants. « Il s’agit d’une propriété privée, je ne comprends pas l’intérêt public », a-t-il insisté…
Précisant qu’une partie du voisinage s’était montrée favorable et qu’il avait un plan de reboisement comprenant des cèdres.
La Ville Impuissante

À la Ville de Westmount, la mairesse Christina M. Smith, élue aux dernières élections, a transmis le dossier à son directeur de l’aménagement urbain.
Ce dernier, l’urbaniste Tom Flies, a précisé que des inspecteurs visitaient trois fois par semaine le chantier dont les travaux doivent s’échelonner sur 18 mois.
M. Flies explique qu’avant d’être approuvé, le projet de transformation sur le terrain d’une superficie de 12 000 pi2 a été soumis dans les règles de l’art…
Au comité consultatif d’urbanisme (CCU) de la Ville de Westmount. À la lecture des procès-verbaux des assemblées, il appert que le projet est conforme –
Il respecte le règlement de démolition (1317), le règlement sur les permis et certificats (1300) et ceux concernant le zonage, l’implantation, l’intégration architecturale et la construction.
« À Westmount, on a probablement l’une des meilleures expertises architecturales au Canada sur notre CCU.
Même si on avait voulu, on n’aurait pas pu changer le zonage pour préserver l’espace vert. Les demandes de permis étaient déjà déposées. »
– Tom Flies, directeur de l’aménagement urbain à la Ville de Westmount
« Il faut comprendre que le zonage existant permet une construction au sol sur 40 % du lot où il y avait un parc.
Le nouveau bâtiment n’occupe même pas 38 % du terrain », poursuit-il.
Rien D’anecdotique
Défenseur et promoteur du patrimoine bâti, urbain et paysager, le directeur des politiques chez Héritage Montréal, Dinu Bumbaru…
Est allé s’enquérir de la portée des travaux dans le quartier historique national. Selon lui, il n’y a rien d’« anecdotique » dans cette transformation.
M. Bumbaru estime que ces travaux devraient servir d’exemple dans la réforme prévue des outils d’urbanisme à Montréal.
Il rappelle qu’il est souhaitable de garder un grand jardin dans une zone urbaine.
Qu’il y a lieu de se demander comment garder une faible densité dans le contexte actuel immobilier.
« La question se pose dans d’autres secteurs, notamment dans Outremont, sur la Côte-Sainte-Catherine aussi.
On ne parle pas de la même valeur bâtie, mais on peut tracer un parallèle…
Avec ce qu’on appelle les maisons « shoebox » et les demandes de démolition. »
Cela dit, le défenseur du patrimoine bâti parle d’un ajout « fignolé » en matière de travaux.
« On pourrait sûrement en débattre, mais il y a une bonne distribution des volumes…
Un certain soin dans le choix des matériaux. On a vu pire à Montréal. »
En ce qui concerne la nuisance causée par les travaux, le directeur de l’aménagement de Westmount estime que c’est un problème partout.
« Il n’y a pas un endroit où on ne tente pas d’ajouter des étages au bâti existant ou d’agrandir à Montréal.
Nous sommes débordés. Il y a matière à une vaste réflexion », estime M. Flies.

Les Arbres

La Politique de l’arbre de Montréal sert de référence dans la région métropolitaine.
Selon ses règles et critères, tout citoyen, toute entreprise ou toute institution désirant abattre un arbre…
Situé dans la cour avant d’un terrain construit ou sur un terrain vacant devra obtenir un permis ou un certificat d’autorisation de son arrondissement.

Le 475, Rue Roslyn

Cette résidence bourgeoise a été construite en 1904 pour le propriétaire John Cassils Hodgson.
Elle se démarque de ses voisines par sa volumétrie peu commune.
À l’origine, son toit était plat. L’ajout d’un toit mansardé et des cheminées lui ont donné un nouveau caractère.
La présence de pilastres corinthiens encastrés dans l’oriel lui donne sa propre signature.
Amicalement De Louise

Vous rapportez souvent du vin de voyage ? Alors la « VinGardeValise » est faite pour vous

Vous rapportez souvent du vin de voyage ? Alors la « VinGardeValise » est faite pour vous
Vous êtes un grand voyageur et avez une passion toute particulière pour le vin ? Alors voici une invention qui devrait changer votre vie : la « VinGardeValise » !
 

Fini les transports mal assurés et les bouteilles de vin retrouvées abîmées ou carrément cassées à votre retour de vacances. Grâce à cette valise nouvelle génération, vous avez l’assurance que vos souvenirs soient en bon état, et ce malgré le trajet. Et pour cause, la VinGardeValise a été conçue dans le but de protéger les bouteilles de vin contre toutes sortes de chocs, mais également contre les variations brutales de température.
Cette valise pour transporter votre vin vous a convaincu ? Avant de l’acheter, il faudra choisir entre deux tailles. Le petit modèle permet de stocker 8 bouteilles pour la somme de 210 euros. Quant au grand, il peut accueillir un maximum de 12 bouteilles et se vend au prix de 250 euros. Cependant, dans le cas où vous décidez de rapporter seulement une ou deux bouteilles, les habitacles sont aménageables afin d’utiliser le reste du volume pour des vêtements, des chaussures ou d’autres souvenirs, par exemple.
Voici quelques photos de ces valises, afin de les observer plus en détail :

 

 

 

 
 

RAINBOW MOUNTAIN – L’IMAGE MAGIQUE DU LUNDI EN MATINÉE –

L’image Magique Du Lundi En Matinée..
  Rainbow Mountain, Pérou (Vidéo)…

La montagne arc-en-ciel (également connue sous le nom de Vinicunca, montagne de sept couleurs)…
Est une excursion d’une journée à partir de Cusco (environ trois heures de route).
Récemment découvert pour le tourisme de masse, il est déjà extrêmement populaire…
Et est visité par des centaines de personnes chaque jour…
Même si la randonnée aller-retour de 10 km jusqu’au point de vue est assez ardue…
En raison de l’altitude élevée de 4 460 m.

Undiscovered Lands- Rainbow Mountain, Peru via FlashpackerConnect from FlashpackerConnect on Vimeo.
Présentation

La montagne Vinicunca, aussi appelée Rainbow mountain « in english » et Montaña de los Siete Colores « en español », c’est une magnifique montagne arc-en-ciel…
Se trouvant au Pérou dans la région de Cusco et qui culmine à plus de 5000m d’altitude. Alors oui, ce magnifique spectacle de la nature se mérite !
En réalité, ce qui permet le fait qu’autant de couleurs se côtoient à cet endroit précis…
C’est l’accumulation formée par des couches de sédiments depuis des siècles et des siècles.
Impressionnant, non ? Voyons un peu… C’est le souffre qui offre la couleur jaune, l’oxyde de fer permet d’obtenir la couleur rouge et pour le vert, c’est le sulfate de cuivre.
Un somptueux mélange qui offre un véritable jeu de couleurs des plus magnifiques.
Une envie soudaine de sortir des sentiers battus du..
Machu Picchu par exemple ? Go !
Pourquoi Aller À Vinicunca, La Montagne Arc- En- Ciel Au Pérou ?
Bon, d’accord, la découverte de cette merveilleuse montagne est surtout réservée aux personnes ayant une très bonne condition physique…
Car même l’ascension à cheval peut être éprouvante… Et surtout : le manque d’oxygène est flagrant et se ressent dès le point de départ, à 4000m et quelques. Prudence, donc…
Mais le spectacle en vaut largement la chandelle ! Pour les amoureux de géologie ou de nature en général, vos voeux seront exaucés et vous en redemanderez même !
Les paysages sont à couper le souffle, la luminosité, même par présence de nuages, est elle aussi très impressionnante.
Pour votre voyage au Pérou, sortez des circuits classiques donc, et allez jeter un œil à une nature encore un peu préservée du tourisme de masse…
Ce qui est fort appréciable. Vous aimez les grands espaces, les randonnées en montagne, les défis en général ?
Ne reculez pas devant cette escapade nature, vous ne le regretterez pas !
Amicalement De Louise

La France que j’aime !

         La France que j’aime !
Il était une fois un peuple qu’on appelait les Gaulois.
Un peuple fort et fier qui possédait les talents divins.
La terre où ils vivaient était riche et fertile ; grasse
et abondante. Ses habitants étaient remarquables,
habillent avec leurs mains ; de fins ouvriers.
Ce peuple était aussi d’une grande ingéniosité,
penseur, un goût pour les arts et la pensée humaine.
Dieu était heureux de ce peuple qu’il avait si bien créé,
car il était un peuple créatif, productif, et ingénieux.
Il le bénit en lui donnant plus tard de grands artistes,
de grands penseurs, de grands humanistes et dirigeants.
Mais pour le bénir plus, Il lui offrit un don inestimable,
le don de la parole et de l’expression ; une langue adorée
par les anges du Ciel dans la cour des Cieux :
« La langue Française »
Une langue qui invite à la réflexion du cœur à la méditation
de l’esprit, à la profondeur de l’âme, voyager aux confins
de la beauté humaine dans l’art d’écrire de la poésie…
Oh, combien de grands hommes et de grandes femmes se
sont inspirés du trésor de cette littérature et de sa sagesse.
Ce peuple, ce pays, cette culture, ce patrimoine, a donné au
monde ses plus belles années, ses plus beaux talents, ses
plus grands penseurs ; des pièces maîtresses de choix dans
la création de l’histoire de la civilisation humaine.
Les Français sont des gens fiers, aimables et intentionnés
— du moins ils l’étaient il y a pas si longtemps —
qui aiment s’amuser et faire bonne chère en compagnie.
[ Le mot « chère » est issu de l’ancien français « chiere ».
Ce dernier est lui-même tiré du latin « cara », qui
signifiait « visage ». Plus tard, ce mot prit le sens d’ »air »
L’expression voulait donc dire « avoir l’air aimable,
être accueillant ». Le sens actuel de « bien manger »
n’est apparu qu’au XVIIe siècle, sans doute à cause
de l’homonyme « chair », qui représentait la viande ]
Aujourd’hui encore, dans un grand nombre de pays, les
Français ont gardé une place de choix dans le cœur d’un
bon nombre de personnes. Sa culture, son goût de vivre,
son riche passé et présent, attirent et fait de la France une
destination de choix pour le tourisme.
Son beau terroir, la richesse de ses paysages, la nature
hospitalière de ses habitants, son patrimoine culturel et
artistique, font de ce pays un endroit privilégié pour
vivre ou être visité.
Que dire de plus de ce que j’ai dit ? Je suis français, pas
juste parce que ma carte d’identité le dit, mais parce que
l’amour de mon pays coule dans mes veines.
Aujourd’hui, je sens avec tristesse, que cet héritage est
en danger, sur le point de disparaître, ainsi que sa culture
et son art de vivre.
Ce pays qui était le fleuron de l’Europe, aujourd’hui est
maltraité, pillé, vandalisé, pris en otage…
C’est avec un pincement au cœur que j’écris ces mots,
que l’homme sans l’amour de Dieu est destructeur et
n’apporte que peine et misère autour de lui.
N’a-t-il pas fait de même avec toute la Création que
Dieu lui a confié ? Il est comme un enfant « laissé à
lui-même fait la honte de ses parents ! »
Amis(es),
Profitez pleinement de ce que vous avez et soyez-en
reconnaissant.
Profitez de vos familles, vos bien-aimés, vos amis(es),
de chaque moment que la vie vous offre.
Profitez de la nature et de la beauté et de l’abondance
qu’elle vous offre de jour en jour.
Profitez de ce beau pays, de cette belle France, de ce
Ciel qui vous offre la paix et l’abondance.
Profitez de l’amour de la vie, sinon tout ce que je viens
d’écrire n’a aucun sens et ne sont que des paroles vides !
Patrick Etienne

Vas-y Soleil ! (8-12)

 
 
QUAND TOUT VA MAL, ACCROCHE-TOI !
 
L’été est fini, et Soleil Lévy se retrouve maintenant dans les couloirs étranges et intimidants de l’école secondaire.
Quand son grand-père lui téléphone de Floride pour prendre de ses nouvelles, elle lui dit que tout va bien… mais la vérité est autre.
Non seulement elle trouve l’école secondaire déroutante, mais la vie à la maison n’est pas évidente non plus.
Elle s’ennuie de son frère David, qui a été envoyé dans un pensionnat.
Quand il revient enfin, elle s’ennuie TOUJOURS de lui… car il a changé.
Heureusement, Soleil peut compter sur l’appui de sa meilleure amie et d’une mystérieuse nouvelle voisine.
Au lieu de laisser toute cette confusion assombrir son quotidien, elle demeure optimiste et garde son humeur ensoleillée!
 
THÈMES :
Relation famille;
Amitié;
Nouvelle expérience
8 à 12 ans
 
VOICI TOUS LES TITRES DE CES AUTEURS PUBLIÉS CHEZ CET ÉDITEUR
 
L’AUTEURE :
JENNIFER L. HOLM est une auteure à succès dont les livres figurent au palmarès du New York Times. Elle a remporté trois honneurs Newbery pour ses romans Our Only May Amelia, Penny From Heaven et Turtle in Paradise. Jennifer et son frère Matthew sont coauteurs des collections Mini-Souris et Squish. Jennifer habite en Californie.
 

L’AUTEUR :
MATTHEW HOLM a toujours rêvé d’être bédéiste. Il a appris l’art de la BD avec Tony Auth, bédéiste et éditorialiste lauréat du prix Pulitzer, tout en achevant ses études collégiales en anglais et en arts. En plus d’être le cocréateur de la série à succès Mini-Souris, il est aussi le directeur consultant de la création chez Hot Knife Design, Inc. Matthew habite à Portland, dans l’Oregon.
 
VAS-Y SOLEIL !
Jennifer L. Holm
Matthew Holm
Traduction Isabelle Allard
LES ÉDITIONS SCHOLASTIC
Bande dessinée
Couverture souple
2018 – 224 pages en couleurs – 16,99$
 
LES ÉDITIONS SCHOLASTIC, un site pour les enfants, pour les parents et pour les enseignants.
 
 
 

Touche et soulève : 1 2 3

 
 
 Apprendre à compter n’a jamais été aussi facile
grâce à cette introduction interactive aux chiffres et aux nombres!
 
Les tout-petits apprécieront non seulement le texte en rimes et les images qui attirent l’œil, mais aussi les différentes textures que contient ce tout carton ainsi que les rabats à soulever pour découvrir d’étonnantes surprises!
 
THÈMES :
Premiers apprentissages
Chiffres
0 à 3 ans
 
TOUCHE ET SOULÈVE
1 2 3 
Traduction Isabelle Montagnier
LES ÉDITIONS SCHOLASTIC
Petite enfance
Tout carton
2018 – 22 pages en couleurs – 16,99$
 
 
LES ÉDITIONS SCHOLASTIC, un site pour les enfants, pour les parents et pour les enseignants.
 
 

Images : Jolies fleurs à offrir…

 Transformation des photos avec Fotosketcher et Paint Shop Pro, chroniques et bulletins de Ginette Villeneuve : http://planete.qc.ca/Ginette-Villeneuve Mon site web :Mon site
MON LIEN FACEBOOK :https://www.facebook.com/people/Ginette-Villeneuve/100017666836979

Ni queue ni tête

On blâme beaucoup ceux qui n’ont ni queue ni tête. Et pourtant ne serait-ce pas tout le secret du bonheur. – Paul Masson
Tiré du livre Le bonheur, 1001 pensées, Céline de Quéral, Éditions Solar
À tout prendre, je préfère garder ma tête et apprendre à vivre avec mes soucis.
 

Une enquête d’Alexandre Jobin – Ces femmes aux yeux cernés

Au cours d’une descente au repaire de Grigor Chukaliev, un caïd de la mafia russe, le SPVM saisit deux tableaux d’un maitre de l’art contemporain qui, au moment de l’expertise, se révèlent des faux.  Et l’un d’eux a été vendu par l’antiquaire Alexandre Jobin.
 
Quelques jours plus tard, un cocktail Molotov éclate dans la vitrine de sa boutique, tandis que le galeriste qui a vendu la seconde toile est retrouvé assassiné.
Pour éviter d’autres représailles et pour sauver sa peau, Alexandre décide de remplacer le faux tableau par un vrai.
Il part alors à la recherche du peintre des oeuvres originales, Jordi Carvalho, un artiste catalan qui semble avoir disparu de la circulation depuis plus de dix ans.
De Montréal à Barcelone, puis à Paris, cette quête ne sera pas de tout repos pour Alexandre.
Heureusement, entre les séquelles du passé et les cauchemars qui le hantent, un ange sombre veille sur lui…

 
Après De pierres et de sang et La bataille de Pavie, récompensés par de nombreuses reconnaissances littéraires, André Jacques propose une nouvelle aventure d’Alexandre Jobin. Un thriller enlevant où l’on retrouve avec plaisir ce héros déterminé, vulnérable et passionné, servi encore une fois par des dialogues hauts en couleur et une écriture riche en péripéties.
 
VOICI TOUS LES TITRES DE CET AUTEUR PUBLIÉS CHEZ CET ÉDITEUR

L’AUTEUR :  ANDRÉ JACQUES

Dans chacun de ses romans, André Jacques exploite brillamment sa fascination pour le crime et pour le monde de l’art. Dès la parution de son deuxième roman, La Commanderie, le critique Norbert Spehner le range parmi les « incontournables » du polar au Québec. L’auteur a remporté, en 2016, le prix Saint-Pacôme du meilleur roman policier québécois pour La bataille de Pavie.

 
 
UNE ENQUÊTE D’ALEXANDRE JOBIN
CES FEMMES AUX YEUX CERNÉS
André Jacques
LES ÉDITIONS DRUIDE
Roman
2018 – 400 pages – 24,95$
Version numérique 16,99$
 
 
Découvrez tous les titres publiés chez cet éditeur
LES ÉDITIONS DRUIDE

(EvMa)